•  
  •  
  •  

Accueil

Situé dans le département de KONG, à 700km au nord d'Abidjan, le lodge, construit en 1974, prend pied aux abords du parc national de la Comoé. Le Kafolo Safari Lodge constitue à ce jour le seul établissement offrant encore une structure d’accueil réellement digne de ce nom aux environs immédiats du parc.

Anciennement Safari Lodge Hôtel, ce complexe hôtelier a vu le jour en 1974 et est passé par bien des vicissitudes avant d’être racheté à titre privé par Me Roux qui a pris en charge sa rénovation. Avec ses bungalows pyramidaux atypiques répartis autour de la piscine et ses 5 hectares de terrain jalonnés d’allées plantées de bougainvillées, de tecks et de nérés, le Kafolo Safari Lodge se présente comme une enclave dépaysante, petit paradis du bout du monde tenant à la fois du ranch et de la ferme à l’africaine. Dans le mini-parc animalier aménagé à l’intérieur du lodge, vous trouverez en effet de nombreux animaux qui vous donneront un petit aperçu de la faune présente dans le parc.

Le Kafolo Safari Lodge s’est également doté de petites cases typiques : l’une Peule et l’autre Lobi, où des potières vous inviteront à découvrir leur savoir-faire tout en vous initiant à la poterie.Sur place, c’est programme à la carte et il y en a pour tous les goûts : vous pouvez choisir de vous familiariser en douceur avec la brousse en commençant par flâner au bord de la piscine, en profitant du bar et de la bibliothèque largement fournie ou bien en allant vous balader le long des rives de la Comoé, observer les laveuses et piller le mil avec les villageoises.

L’établissement propose également une foule d’autres activités, parmi lesquelles randonnées moto ou vélo dans la savane environnante et à l’intérieur du parc, promenade en pirogue à la rencontre des hippopotames et observation de la faune le long des galeries forestières qui bordent la rivière, safaris de vision et safaris photo en 4x4, de jour comme de nuit (bien que l’on ait une meilleure chance d’apercevoir les animaux à l’aube ou en fin d’après-midi), et découverte des lobis, une des plus anciennes ethnies de Côte-d’Ivoire, peuple semi-nomade de chasseurs et d’agriculteurs ayant conservé intacts leurs rites et traditions.

Depuis peu, il est également possible de louer des 4x4 avec chauffeur. La tombe de Raphaël Matta, agent de la réserve de Bouna, disparu tragiquement en 1959 et héros involontaire d’un roman de Romain Gary, fait également partie du patrimoine touristique de la région. Sachez néanmoins que la plupart de ces activités sont payantes, car basées sur le principe du commerce équitable, la moitié des bénéfices étant reversée aux villageois.